Jour 7. Les prouesses d’un mouton, des merveilles du Néolithique et de magnifiques plages. A la découverte de North Uist !

Une randonnée permet de faire le tour de Berneray. Nous n’avons pas eu le temps. Itinéraire randonnée Berneray

Les principaux points d’intérêts de l’île sont :

La plage, extraordinaire, qui s’étend sur des kilomètres à l’ouest de l’île. Accessible en se garant au « Community hall » et en marchant (15 minutes) à travers le machair. 3 miles de sable blanc baignant une eau turquoise. Vues sur les ilots de Boreray et Pabbay. Puis en avançant sur la plage, l’île de Harris se dévoile petit à petit dans le lointain.

La pierre debout de Clach Mhor. Sur la colline au-dessus de Borve.

La colline de Bienn Shleibhe. Au nord de l’île. Pas très haut néanmoins vue à 360°. Sound of Harris. Berneray, North Uist…

La colonie de phoques. Installés sur les rochers à Berneray. A quelques mètres des habitations. Les 2 espèces de phoques que l’on trouve en Ecosse y sont visibles. Le phoque gris (ou phoque Atlantique) et le phoque commun (ou phoque des ports).

Nos infos : Douches publiques : Au port de Berneray (un panneau indique « Toilets »). 1£ pour 7 ou 8 minutes.

Carte de l’île : Carte Berneray

Peu de réseau téléphonique sur l’île. Encore moins de réseau internet. Un accès internet / wi-fi est mis à disposition (1£ pour 20 minutes) au « Visitor information centre » (près du port de Berneray).

Cette nouvelle journée débute sous un temps couvert avec quelques éclaircies. Au programme la découverte de Benbecula et North Uist en descendant par l’est (A867) et en remontant par l’ouest (A865).

Benbecula et North Uist sont des iles très plates, couvertes en grande partie par de l’eau (des lochs). Seule l’extrémité sud-est de North Uist émerge, avec le mont Eaval (347 mètres).

On prend notre temps. On explore. L’atmosphère est particulière sur ces iles loin de tout. Les paysages sont certes beaux mais les émotions ressenties y sont décuplées. Est-ce l’isolement ? Le parfum d’aventure ?

 

En chemin on s’extasie devant les prouesses d’un mouton. La barrière canadienne (cattle grid), conçue pour empêcher le passage des animaux n’est pas si infranchissable !

Ca compense la bêtise d’un de ses congénères sur l’île de Barra. Trop gourmand il avait réussi à se bloquer le museau dans une clôture. Tout ça pour grignoter quelques herbes à l’extérieur, alors que ce n’est pas ce qui manquait dans son pré…

Quelques centaines de mètres après avoir franchi la chaussée entre Berneray et North Uist, on aperçoit quelques ruines (on n’avait rien vu en passant à coté la veille) au milieu d’un loch. Les restes d’un fort, Dun an Sticir, construit sur un ilot.

On traverse, en sens inverse de la veille, de vastes étendues de végétation rase. Des dizaines de lochs de toutes tailles se succèdent. On adore rouler dans ces paysages, dans cette ambiance.

Les îles Hébrides extérieures se prêtent vraiment bien à un road-trip. On les parcourt de manière linéaire, dans un axe nord-sud. La plupart du temps une seule route principale. Qui permet d’avancer petit à petit dans notre parcours. Et de multiples routes secondaires qui s’en échappent. Comme autant de possibilités d’exploration. Parcourues en aller-retour. On prend le temps si on veut. On accélère à d’autres moments, ignorant à regret certains lieux.

Quelques jours pour aller de l’extrême sud, Barra, à la pointe nord, Butt of Lewis. Beaucoup plus pour ceux qui vagabondent en chemin ! La route n’est jamais monotone. Un « élément de décor » est toujours là pour attirer l’œil. Un loch, une colline, la mer, le reflet du soleil sur une étendue d’eau…

Trêve de bavardages. Reprenons notre récit !

 

Notre premier arrêt du jour est pour voir la chambre funéraire de Barpa Langass (ou Barpa Langais). Elle apparait à une courte distance du parking, en haut d’une butte. Empilement de pierres, couleur gris clair, qui se détache sur l’horizon.

Quelques minutes de marche et nous y sommes. Comme souvent il n’y a personne d’autre que nous. Ca permet de s’imprégner encore plus du lieu. L’environnement est splendide. Le cairn domine une plaine désolée ponctuée de quelques lacs. Dans le lointain des collines sans végétation.

Décidément les peuples qui vivaient dans ces iles il y a 5 millénaires savaient choisir leurs sites rituels. La chambre funéraire, datant du Néolithique, mesure 25 mètres de diamètre et 5 mètres de haut. Selon toute vraisemblance il s’agissait d’une tombe communautaire et non pas d’un lieu dédié à une seule personne.Barpa LangassJusqu’à peu il était possible d’entrer dans la chambre funéraire. Un éboulement a rendu l’accès dangereux. Dommage, nous aurions aimé découvrir l’intérieur.

 

On poursuit vers le cercle de pierres de Pobull Fhinn.

Il est possible d’y accéder à pied, à partir de Barpa Langass (Itinéraire randonnée Barpa Langass) ou en voiture en se garant sur le parking de l’hôtel Langass lodge (stationnement toléré).

En comparaison de Callanish (sur l’île de Lewis) où nous étions l’année précédente, le cercle de pierre fait un peu pâle figure. Mais l’environnement est magnifique (on se répète !). On ressent le côté mystique des lieux. Pobull Fhinn présente une forme ovale, avec une vingtaine de pierres visibles. La plus grande fait environ 2 mètres de haut. Les plus petites dépassent à peine des touffes de bruyères. A proximité le loch Langais. Dans le lointain la silhouette sombre du mont Eaval.

On emprunte la route qui longe le loch Euport. Puis il est temps d’aller se sustenter.

On se dirige vers le Claddach Kirkibost café (sur la A865 à 1,5 mile de l’embranchement A865/A867). Le café donne sur un estuaire. Vaste étendue de sable blond à marée basse. Mer turquoise à marée haute. Site internet Café

Wi-fi gratuit. Vente de produits locaux et artisanaux.

Les plats, simples (soupes, sandwiches, gâteaux…,) sont préparés à partir de produits locaux. Comme sur Barra, ce n’est pas la saison du crabe. Dommage. On se rabat sur une autre valeur sûre locale, le saumon. Avec un wrap au saumon et un mi-cuit de saumon et pomme de terre en robe des champs. On finit avec une part de gâteau. C’est très bon, néanmoins un peu cher compte tenu des quantités.

 

On reprend notre route vers le sud. Arrêt à Carinish pour voir les ruines d’une église du 13ème siècle, Teampall na Trionaid.North Uist_Teampall na TrionaidOn traverse la longue chaussée et nous voilà de retour sur Benbecula. L’île encore plus plate que North Uist. C’est dire ! De vastes landes parsemées de lochs. Des plages de sable sur la côte ouest. Une côte est plus déchiquetée et difficilement accessible.

Un point un peu élevé, la colline de Rueval. Une centaine de mètres de haut. Point de vue fantastique sur les environs. Itinéraire randonnée Rueval

 

Tout  de suite après la fin de la chaussée, la route à gauche nous amène vers les restes d’un cercle de pierres, Gramsdale standing stones.

Nous descendons l’île par la A865. On bifurque sur la B892 afin de longer le littoral ouest. Quelques plages. Assez communes par rapport aux magnifiques que l’on a vu depuis Barra. On devient exigeants !

Un peu plus loin, Culla Bay. Là on peut s’extasier. Le littoral forme un croissant de lune parfait. Du machair borde la plage. Le sable se jette dans une eau turquoise, qui vire au bleu plus sombre au large. Ouah ! C’est beau.Benbecula_plageOn arrive à Balivanich. Un gros village. Pourtant il s’agit du principal centre administratif du sud des Hébrides Extérieures. Commerces, aéroport, écoles, hôpital… On y trouve tout. Même la boulangerie MacLean’s qui fournit les magasins Co-op de l’archipel en pain, pâtisseries, gâteaux et pancakes (au menu de nos petits déjeuners !).

Pensez que l’hôpital est le plus proche de Barra. Au minimum 3 heures pour y parvenir si les horaires de ferry coïncident. Sans compter qu’il n’y a pas de traversée la nuit ou par mauvais temps.

 

On emprunte une nouvelle fois la chaussée pour revenir vers North Uist. Et on bifurque sur la A865, qui fait le tour de l’île par l’ouest. Pas grand-chose à signaler.

La réserve naturelle de Balranald. Du sable, du machair, des dunes, des oiseaux. Pas spécialement différent de la côte ouest de South Uist. Une impression de bout du monde. Ce qui n’est pas faux. Devant nous, à l’exception de quelques ilots inhabités, aucune terre sur des milliers de kilomètres.

On poursuit la route. La tour de Scolpaig apparait, au milieu d’un loch. Construction octogonale. Bâtie au 18ème siècle pour donner du travail aux locaux, pendant les périodes de famine.

Puis la belle plage de Sollas.

Et Clachan Sands. Sublime lieu de promenade. Itinéraire randonnée Clachan sands

Grande plage de sable blanc en forme de fer à cheval. Entourée de machair. Garni de fleurs au printemps et début de l’été. Une eau turquoise. Vue sur Berneray et dans le lointain les montagnes noires de Harris. Le vent est limité. La plage, tournée vers l’est est relativement protégée des rafales qui viennent de l’Atlantique.

Des oiseaux sont présents. Quelques-uns occupent le machair. D’autres virevoltent dans les airs. Certains marchent sur le sable humide, à la limite de la mer. A la recherche de nourriture ?

Nos infos : Douches publiques :

Lochmaddy Ferry Terminal Showers

Liniclate School Sport Centre Showers (Benbecula)

Nous finissons le tour de North Uist. La boucle est bouclée. Retour sur la B893 qui nous ramène sur Berneray.

Une nouvelle fois, quelle belle journée ! Apéro, repas, lecture et contemplation de l’île de Harris, au-delà du bras de mer. Notre prochaine destination. On savoure l’instant présent. Le temps se couvre petit à petit. Pas de surprise, la météo est annoncée maussade pour le lendemain.

Berneray Ecosse Iles Hébrides North Uist

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :